AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Princesse ♣ Love me.

avatar

✉ Lettres envoyés : 96
✉ A Vérone depuis le : 18/12/2011
✉ Activité : Gérante d'une boutique de vêtements



MessageSujet: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   Dim 18 Déc - 19:27

Asilys Meweeene Sulway

américaine → 23 ans → vérone → 14 février 1988 → célibataire → hétéro → gérante d'un magasin de vêtements de luxe
Chère Juliet,

Je ne sais pas trop pourquoi je t'écris mais il parait que d'écrire, ça fait du bien. Tu veux savoir ce que je penses de l'amour ? Que c'est une belle connerie mais qu'on y est tous faible ! Quand on est gamin, on croit aux contes de fées. J'étais cette gamine, insouciante, naïve et qui croyait que l'amour c'était pour toute la vie. Mais on a tous le droit de se tromper. Aujourd'hui, je ne sais pas quoi penser de cette chose qui nous meurtris le cœur mais qui en même temps, nous rend plus heureux. C'est quoi au juste ce sentiment ? Pourquoi est ce qu'on aime si c'est pour se détruire ? Je ne crois pas qu'on soit fait pour endurer tout le mal qu'on se fait parfois mais pourtant, je sais qu'on y survie. La preuve, je suis ici à écrire. Au final, les gens ont raisons, ça fait du bien d'écrire.
Tu dois sans doute te demander pourquoi j'en suis arrivé à ce stade avec l'amour. Comme je te disais, j'étais qu'une gamine maintenant j'ai grandi mais je l'aime encore … Je crois que je l'aimerais toujours. Il s'appelle Jayson, je le connais depuis l'université. Les choses sont devenus compliquées maintenant et au fond, tout est de ma faute. C'est moi qui est partit sans un mot, même pas une excuse et je suis revenu, deux ans plus tard avec l'intime espoir qu'il me pardonnerait. Je croyais quoi ? Les mecs ont de la fierté et je l'ai blessé. J'ai le droit d'en souffrir aussi mais tout ce qu'il a fait. Non j'en peux plus. Il n'arrive pas à me pardonner même après un an et pourtant, je sais qu'il m'aime toujours, qu'on s'aime toujours. On s'aimera toujours. Tu crois en l'âme sœur ? C'est bizarre de parler de ça, je suis pas le genre de personne qui croit au destin ou c'est autre connerie. Pour moi, on a le libre arbitre et on est les seul coupable de nos actes. On choisit nos routes et c'est suivant celles qu'on empreinte que notre futur se dessine mais il peut changer à tout moment. Le mien à changer de tout au tout lorsque je suis partie et j'aime pas le futur que je vois … Sans lui … Non et pourtant c'est comme ça qu'il va être.

Amicalement,
Asilys.
hells angels ©


Dernière édition par Asilys M. Sulway le Dim 18 Déc - 23:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse ♣ Love me.

avatar

✉ Lettres envoyés : 96
✉ A Vérone depuis le : 18/12/2011
✉ Activité : Gérante d'une boutique de vêtements



MessageSujet: Re: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   Dim 18 Déc - 19:27

LES FEMMES


La mère d'Asilys est la soeur du père de Clio. Même si les deux jeunes femmes ne se voyaient pas beaucoup, dû à la distance qui les séparer, elles restaient tout de même proches grâce à tous les moyens de communication qu'elles avaient. Très fusionnelles, elles se disent tous et depuis que Asilys est arrivée à Vérone, les deux jeunes femmes ne se quittent plus. Passant la plupart de leur temps libre ensemble et se racontant leur vie, leurs déprimes et leurs joies. Vous voulez les séparez ? Essayez donc d'abord d'enlever l'eau dans l'océan !
Clio di Moretti
blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah
prénom prénom nom


blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah
prénom prénom nom
blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah
prénom prénom nom


blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah
prénom prénom nom
blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah
prénom prénom nom



Dernière édition par Asilys M. Sulway le Dim 18 Déc - 23:09, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse ♣ Love me.

avatar

✉ Lettres envoyés : 96
✉ A Vérone depuis le : 18/12/2011
✉ Activité : Gérante d'une boutique de vêtements



MessageSujet: Re: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   Dim 18 Déc - 19:28

LES HOMMES


Jayson et Asilys se connaissent depuis qu'ils ont tous deux 19 ans, depuis l'université. Asilys est la première personne à qui parler Jayson et rapidement, ils sont devenus un couple. Inséparable, c'était le couple parfait. On ne les voyait jamais l'un sans l'autre et une forte complicité régné entre les deux jeunes gens. Inséparables et ensemble à vie, voilà comme on les voyait. Jayson a demandé Asilys en mariage et seulement 1 an après leur rencontre, ils allaient se marier. Oui, mais voila, les choses ne se passent pas toujours comme on le souhaite. Un mois avant le mariage, Asilys est partie au Canada, sans rien dire. Elle avait juste disparue. Pourquoi ? La demoiselle avait apprit qu'elle avait une leucémie et impossible de faire endurer tout cela à Jayson, c'était impensable.
Un an après son départ, la jeune femme, guérit, revient à Atlanta avoir l'espoir secret que tout redevienne comme avant. Mais l'eau a coulé sous les ponts et Jayson ne veut pas lui pardonner. Pendant un an, ils vont vivre la relation la plus malsaine et ambiguë. Jaloux de ce que fait l'autre, ils se fliquent mais avec l'impossibilité certaine de se remettre ensemble puisque Jayson ne lui montre que de la haine. Au fond, ce n'est qu'une image. Il est fou d'elle, comme au premier jour et elle aussi. Asilys, ne pouvant plus supporter cette situation qui la détruit chaque jour un peu plus, part pour Vérone. Un an se sont encore écoulé et pourtant, leur amour est encore plus fort. Jayson décidé de venir la rejoindre. La jeune femme lui manque et il s'est rendu compte que le pardon est parfois nécessaire et qu'il est temps de vivre heureux. Mais est ce que Asilys voudra elle lui pardonner ? Parce que n'oublions pas que le jeune homme a beaucoup joué avec le feu. L'insultant d'abord, la trompant en quelque sorte, sous ses yeux, l’humiliant. Lamour est-il plus fort que la haine ?
Jayson E. Thomson
Asilys aurait eu recourt à Andrea pour faire la déco de son habitat de Vérone. Très rapidement envoûté par la jolie brune, il l'aurait draguer sans aucune retenue mais ce serait pris un vent en plein gueule. En effet, la jeune fille n'était pas du genre à sauter sur le premier venu. C'est ça qui lui aurait plu chez elle, cette différence, le fait qu'elle lui ait résister. Ils sont par la suite devenu amis, aprenant à se connaître l'un l'autre. Il lui aurait fait visiter la ville de fond en comble et lui aurait appris à parler mieux italien.
Andrea L. Del Moro


blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah
prénom prénom nom
blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah
prénom prénom nom


blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah
prénom prénom nom
blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah
prénom prénom nom




Dernière édition par Asilys M. Sulway le Dim 15 Jan - 17:45, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse ♣ Love me.

avatar

✉ Lettres envoyés : 96
✉ A Vérone depuis le : 18/12/2011
✉ Activité : Gérante d'une boutique de vêtements



MessageSujet: Re: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   Dim 18 Déc - 19:28

A vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
snow △ color my life with the chaos of trouble.

avatar

✉ Lettres envoyés : 97
✉ A Vérone depuis le : 18/12/2011
✉ Activité : lycéenne.



MessageSujet: Re: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   Lun 19 Déc - 17:08

Moi je veux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse ♣ Love me.

avatar

✉ Lettres envoyés : 96
✉ A Vérone depuis le : 18/12/2011
✉ Activité : Gérante d'une boutique de vêtements



MessageSujet: Re: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   Lun 19 Déc - 23:37

Avec plaisir Very Happy Qu'est ce qui te ferais plaisir ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

✉ Lettres envoyés : 107
✉ A Vérone depuis le : 18/12/2011
✉ Activité : Danseuse



MessageSujet: Re: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   Mar 20 Déc - 9:05

Une petite place pour moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://its-my-life.forumgratuit.org/
snow △ color my life with the chaos of trouble.

avatar

✉ Lettres envoyés : 97
✉ A Vérone depuis le : 18/12/2011
✉ Activité : lycéenne.



MessageSujet: Re: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   Mer 21 Déc - 0:36

    Han j'suis désolée, j'ai des problèmes de mémoires, j'oublies toujours ou je réclame des liens Arrow

    Donc j'ai vu que tu travaillais dans un magasin de vêtements de luxe. Donc j'aurais peut-être pu essayer de voler un truc, jesaispasquoi mais tu m'aurais pris sur le fait et depuis ce jour, tu ne m'aimes pas trop -mêmedutout- mais tu essaierais quand même de me remettre sur le droit chemin, surtout que tu aurais de quoi me faire chanter (si c'est ton genre) puisque tu aurais décidé de me laisser une chance et de ne pas en parler ni a la police ni a ma famille donc tu pourrais leur dire a tout moment et ça m'effraierait ?

    C'est un peu pourri *out* mais j'espère que ça ira :ari


Dernière édition par C. Snow-Bryséïs Underwood le Mer 21 Déc - 0:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MATHEO ✖ 'cause your love is my life

avatar

✉ Lettres envoyés : 210
✉ A Vérone depuis le : 17/12/2011
✉ Activité : Avocat



MessageSujet: Re: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   Mer 21 Déc - 0:37

MOI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.   

Revenir en haut Aller en bas
 

ASILYS | Viens, je t'emmène au vent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣
» Allez viens, j't'emmène au vent | Mat
» Allez, viens, je t'emmène au vent! [Sara]
» Allez viens, j't'emmène au vent...
» Viens je t’emmène au vent je t’emmène au-dessus des gens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LETTERS TO JULIET ::  :: Terminale de l'aéroport :: Relationship-