AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FONDA ✿ ❝ girls run the world ❞

avatar

✉ Lettres envoyés : 317
✉ A Vérone depuis le : 16/06/2011
✉ Adresse : « en réflexion »
✉ Activité : « organisatrice de mariage »



MessageSujet: Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?   Mar 20 Déc - 11:42

Alors comme vous avez pu le voir, deux personnes tentent le scénario que ma siamoise de femme a fait Cependant il faut bien en choisir une alors je vous mets à la suite l'histoire ainsi que la lettre à juliette que Iris Ana-Liza a fait :

Lettre à juliette :
Citation :
Chère Juliette,

J'ai lu et relu ton histoire si belle et si dramatique en même temps, pourtant je n'arrive pas à comprendre comment tu as fais. A ta place, j'aurais abandonné cet amour dès le début, sachant que je risquais la mort. Je sais pourtant que l'amour rend plus fort, qu'un amour n'est jamais impossible... Enfin c'est ce que tous les écrivains disent dans leurs romans. Pourtant quand je regarde la réalité, j'ai la nette impression qu'ils mentent et qu'ils mentiront toujours. Quand un amour est bloqué pour telle ou telle raison, celui-ci ne pourra jamais s'épanouir, même si tout le monde met du sien. J'aurais aimé vivre à ton époque ou du moins j'aimerai beaucoup remonter le temps pour comprendre et apprendre. Apprendre à résoudre tous les problèmes, réussir à faire que mon amour voit le jour et puisse enfin grandir sans que j'ai peur des réactions des autres et surtout de sa réactions. Aujourd'hui, se ne sont pas des parents qui empêchent les gens de s'aimer, mais eux-mêmes... Tout le monde a peur de souffrir et donc à cause de ça chacun se renferme sur lui-même. A cet instant précis, j'aimerai que toi et ton bien aimé soyez-là pour expliquer au monde entier que s'ils ne font rien, rien ne changera entre eux. Qui sait, peut-être pour que cela se produise, il faudrait que tout le monde lise au moins une fois dans leurs vies, votre roman et comprenne votre amour.

Histoire :
Citation :
✿ CHAPITRE UN
Native de Londres, j'aimerai toujours cette immense ville qui m'a vu grandir, marcher et apprendre à parler. Mes parents avaient des métiers très passionnants et petite, je rêvais de faire les mêmes qu'eux. Ma mère était couturière et mon père était cuisinier... Avouez que d'avoir des parents comme ça c'est la classe, parce que si le père fait de trop bon plats, la mère a toujours une paire de ciseaux pour ajuster les habits, cool non ?? Plus d'une fois j'ai rêvé d'être fille unique, car avoir un grand frère ce n'est pas toujours la joie. Il a toujours profité de son âge pour m'embêter et bien entendu cela le faisait rire aux éclats de me voir devenir rouge de honte ou de colère. Mais bon, il a également toujours été là pour protéger voir même pour me surprotéger. Ma famille compte énormément pour moi et pour rien au monde je n'en changerai. Ils sont les piliers de ma vie, se sont eux qui m'ont élevée, m'ont appris à bien me tenir correctement dans la vie et surtout c'est grâce à eux que ma passion de la musique est née. Mes très chers parents ont toujours écoutés des musiques datant des années 60 et la plupart de mes amis se fichaient de moi quand ils me demandaient quel était mon groupe préféré. Je ne comprenais réellement pas pourquoi les Beatles amenait autant de rire autour de moi... Et puis ce groupe est plus que mytique et tout le monde les connait, donc je ne comprends pas pourquoi tout le monde ne les aime pas. Mais bon, mes parents m'ont dis que chacun aime ce qu'il veut et qu'il ne faut jamais les juger. Moi je dis qu'ils auraient dû dire ça aux autres et pas à moi...

▲ FLASHBACK
Comme chaque soir, mes parents étaient assis sur le divan du salon, un disque des Beattles en fond sonore. Chaque soir c'était le même rituel et cela me plaisait beaucoup, car je savais qu'en entrant dans la pièce, j'allais trouver ma mère plonger dans un livre à l'eau de rose et mon père dans son journal. Ce soi-là, j'entrais la tête basse, trainant quasiment les pieds. Une fois assise aux pieds de ma mère, je les observais à tour de rôle, me demandant comment ils allaient réagir en découvrant la bêtise que je venais de commettre. Elle n'était pas énorme, mais je savais qu'une fois de plus j'allais être punis et cela ne me plaisait réellement pas. En plus Mathis, mon grand frère, n'était pas là pour prendre ma défense, vu qu'il se trouvait à son entrainement de foot. Au bout de quelques secondes, am mère leva son nez de son livre et me regarda, arquant un sourcil. Qu'est-ce qui se passe Iris ?? Me mordant la lèvre, je levais ma petite tête pour la regarder droit dans les yeux. Les secondes passèrent sans que je n'ose prendre la parole. Se ne fut qu'au moment où je sentis le regard de mon père sur moi, que je décidais de prendre la parole. La... La farine, il y en a partout dans la cuisine. Je voulais te faire une surprise et... Ben tout est tombé. Ma mère laissa apparaître un petit sourire et je vis qu'elle se retenait de rire, alors que derrière moi, j'entendis un soupir s'échappa des lèvres de mon père. Celui-ci se leva et se dirigea vers la cuisine d'un pas plutôt lent. Mes parents commençaient à avoir l'habitude de mes expériences en cuisine. Ma mère déposa l'une de ses mains sur ma joue plein de farine. La prochaine fois appelle-nous si tu as besoin d'aide. Cela nous évitera de nettoyer la cuisine du sol au plafond avant de préparer le repas du soir. Comprenant que pour une fois la punition n'allait pas tomber, un grand sourire apparu sur mes lèvres et je sautais au cou de ma mère. Je te le promets maman !! Oh si tu savais comment je t'aime !!!!! Elle éclata de rire et me déposa à terre pour ensuite aller rejoindre mon père et l'aider à réparer mon énorme gaffe. Ils savaient parfaitement que si je faisais tout ça c'était pour le ressembler et pour rien d'autre. Au même moment, mon frère rentra et en découvrant l'état de la cuisine, il éclata de rire et vint ensuite me rejoindre dans le salon et me pris sur ses genoux. Alala petite soeur... Tu ne changeas jamais. Pourquoi est-ce tu fais toujours les meilleures gaffes quand je ne suis pas là ??

✿ CHAPITRE DEUX
Durant mon adolescence, mon envie de faire carrière dans le domaine de la musique se faisait de plus en plus sentir et étonnement mes parents me soutenaient beaucoup. J'ai donc essayé d'apprendre de plusieurs instruments, mais je ne suivais jamais les cours bien longtemps. Non que mes professeurs me trouvaient nuls, bien au contraire... C'était moi-même qui me trouvait nulle. Bizarre non ?? Vers l'âge de 15 ans, je me suis essayé au chant, mais comme pour les instruments de la musique, cela ne dura pas longtemps. Mes parents et mon frère désespéraient de jours en jours, en voyant que chaque jours qui passaient, je décidais de laisser tomber cette voie. Le pire était très certainement le fait que cela se ressentait sur mes études. Une année avant que je finisse mon école, un de mes professeur me donna l'idée de devenir psychologue, car en plus de la musique, j'adorais aider les autres et j'étais toujours à leur écoute. Se fut donc grâce à ça que je découvris la vraie voie pour ma vie future, ce qui bien entendu soulagé toute ma famille et moi également, car j'avais toujours eu peur de ne rien réussir dans la vie.

▲ FLASHBACK
La sonnerie annonçant la fin des cours retentissait et mon cœur commença d'accélérer dans ma poitrine, car durant le cours mon professeur de français m'avait demandé de rester. Ne bougeant pas de ma place, j'essayais de deviner de quoi elle voulait me parler et plus j'essayais de deviner moins j'y arriver. J'avais d'excellent résultat dans cette branche, elle ne voulait donc pas me parler de ça. La voyant se rapprocher, je me tortillais sur me chaise, prêt à tout encaisser. Elle s'essaya en face de moi et étonnement déposa un sourire sur ses lèvres. Tu dois te demander pourquoi je t'ai fais rester n'est-ce pas ?? Je ne dis pas un mot, me contentant d'hocher positivement la tête. Comme tu dois le savoir, la fin d'année approche à grand pas et j'ai entendu dire que tu étais totalement perdue pour la suite de tes études. Et bien moi j'ai une idée, après sa sera à toi de la prendre ou pas... Pourquoi ne pas devenir psychologue ?? Plus qu'étonnée de tout ce qu'elle venait de me dire, je la regardais quelques secondes sans rien dire, me demandant bien comment elle avait pu trouvé un tel métier. Non qu'il me déplaise, mais jamais je n'y aurais pensé. Franchement... Je n'y aurais jamais pensé. Mais vous êtes sûre que ce métier est fait pour moi ?? Parce que vous savez que les études et moi, sa fait deux. Un rire s'échappa d'entre les lèvres de mon prof et en même temps, elle déposa un mains sur mon épaule. Parce que je le sais. Tu aimes aider les autres, tu es toujours là pour eux. Je réfléchis encore quelques secondes avant d'hocher positivement la tête. Comme d'habitude, mon professeur de français avait raison. Vous avez totalement raison. Je vais donc essayer de faire des études pour devenir psychologue et si je n'y arrive pas, je tenterai un métier dans la branche du social. En tout cas je vous remercie de m'avoir ouvert les yeux et surtout en seulement quelques phrases.

✿ CHAPITRE TROIS
Pour être bien certaine de réussir mes études, je décidais de laisser derrière moi, la ville qui sera toujours dans mon cœur, pour partir à Vérone, ville natale de ma mère. Nous y allions durant les vacances et il était clair pour moi que pour réussir ma vie, je devais venir ici. Surtout que mon roman préféré avait été écrit ici !! Quittant réellement tout, je pris mes valises et m'installa dans cette ville qui me faisait rêver depuis toute petite. Bien entendu, les débuts ne furent pas faciles, vu que je n'étais pas habituée à parler l'italien. Mais aimant apprendre, les bases de cette langues restèrent rapidement graver dans ma mémoire et je pu donc rapidement reprendre les cours. Moi qui n'était encore jamais tombée amoureuse, j’eus mon premier coups de cœur. Mais comme dans Roméo et Juliette, je compris bien vite que cet amour était impossible. Mais étant étudiante en psychologie, je décidais de ne pas bisser les bras et de comprendre le pourquoi du comment.

▲ FLASHBACK
Mais franchement je lui ai fais quoi ?? Parlant toute seule, je me rendais à mon premier cours de la journée, sachant que Tristan n'allait pas sortir de ma tête. J'avais beau être sympathique, il était toujours froid et même distant. Il ferait un excellent sujet de thèse, j'en étais persuadée et même les plus grands psychologues n'arriveraient pas à élucider son cas. Poussant un soupir, je me laissais tomber sur ma chaise, me plongeant en même temps dans ma tête. Dès les premiers jours, il c'était renfermé sur lui-même et plus je l'approcher et plus il prenait la fuite. J'avais l'impression de me trouver face à un animal qui a peur qu'on lui fasse du mal. Non mais vraiment, il faudrait qu'on m'explique là... Vous expliquer quoi mademoiselle Bianchi ??Sursautant légèrement, je regardais mon professeur qui se tenait en face de moi et je me sentis devenir toute rouge. Une fois de plus j'avais parlé à voix haute. J'avais toujours su que cela allait une fois ou l'autre se retourner contre moi et sa venait de se produire. Rien, rien du tout... Je suis désolé j'étais perdue dans mes pensées. Arquant un sourcil, il retourna vers son tableau noir et je poussais un soupir de soulagement. Il fallait à tout prix que j'arrête de penser à lui tout le temps, mais c'était plus que compliquer, vu qu'il hantait mon esprit jour et nuit et quoi que je fasse.


Concernant I. Ana-Liza Bianchi voici sa Lettre à Juliette :
Citation :
Chère Juliette !

On m'a toujours parlé de toi, que t'écrire était très libérateur mais, je ne l'ai jamais cru. J'ai toujours dit que ça ne servait à rien d'envoyer une lettre à une inconnue, mais j'ai eu tord. J'ai besoin de parler de ma vie sentimentale à quelqu'un et je pense que tu es la seule avec qui je pourrais en parler. Oui, je craque pour quelqu'un. Tu dois lire cela tous les jours, ça n'a rien d'extraordinaire mais c'est la toute première fois que je me sens toute bizarre à son approche. J'ai l'impression d'avoir treize ans mais non, il faut croire que j'ai belle et bien vingt et un ans. Mais seulement, j'ai peur, j'ai peur désormais lorsqu'un homme me touche, j'ai peur seulement lorsqu'ils posent un seul regard sur moi. Mais avec lui, oui je ne dirais pas son prénom, c'est différent. J'ai confiance en lui, le simple fait de croiser son regard me réjouit. Il n'est pas comme les autres, je le sais. Je pourrais très bien lui dire, lui faire comprendre qu'il est plus qu'un simple ami pour moi, mais je sais que sa soeur, ma meilleure amie le prendrais très mal. Elle ne sait pas les sentiments que j'ai pour lui depuis qu'elle nous a présenté. Elle ne sait pas non plus qu'il est le seul homme depuis mon agression en qui j'ai vraiment confiance. Elle ne sait pas tout ce qu'il représente pour moi alors qu'on dirait qu'il est seulement le frère de ma meilleure amie. Non, c'est compliqué je le sais et c'est très compliqué. J'aurais vraiment besoin d'aide.

__ Une toute nouvelle admiratrice.

Et l'histoire :
Citation :
♠️ 16 mars 1990 ; hôpital de Vérone

<< Poussez madame ! >> Une jeune femme est sur un lit d'hôpital, entouré de quelques sages femmes et par son médecin qui la suit depuis le début de sa grossesse. Maria Bianchi était complètement épuisé, cela faisait quelques heures que les contractions avaient commencés et c'était en plein milieu de la nuit. Son mari Antonio n'était pas loin. Il avait été près de sa femme durant les premiers instants mais l'accouchement s'était compliqué et les médecins lui avaient ordonnés de s'écarter pour son bien. Le travail avait déjà bien commencé et le médecin annonça qu'on commencait à apercevoir la tête du futur nourrisson mais un bruit se fit entendre ce qui inquiéta directement tous les médecins << Docteur, on est en train de la perdre ! >> annonça d'une voix un peu stressé, un tout nouveau infirmier à l'adresse du médecin occupait à faire naître la petite fille malgré le problème de santé de sa mère. C'est comme cela que s'est déroulé la naissance de la petite Iris Ana-Liza Bianchi. C'est aussi comme ça que c'est déroulé le décès de Maria, en donnant naissance à sa fille. Le couple Bianchi avait pourtant été prévenu. Le médecin avait été claire, si Maria menait sa grossesse à terme, il y avait des chances pour laquelle elle perde la vie. Antonio avait dit haut et fort qu'il voulait qu'elle avorte, qu'elle ne devait pas risquer de perdre la vie alors qu'ils pourraient être à nouveau parent une autre fois. Mais Maria n'avait pas voulu, elle ne pouvait pas avorter sachant qu'un petit être commençait déjà à grandir. Cela a été un sujet de dispute dans le couple, pourtant ils sont restés unis, non seulement parce qu'ils étaient fous amoureux l'un de l'autre, mais aussi pour leur fils Lorenzo. Il fallait donc prévoir que la jeune femme perde la vie, mais c'était tout de même très dur. Antonio qui avait dû partir de la chambre d'hôpital un petit peu plus tôt, faisait les 400 pas dans la salle d'attente lorsqu'un des infirmier vint le voir, le visage triste mais, tout de même professionnel. << Je suis désolé, on n'a rien pu faire mais... >>. Le jeune père qui était quelqu'un de très dur, fondit en larme en comprenant que sa femme venait de quitter ce monde, il ne pouvait pas le croire. Il ne demanda même pas denouvelles de sa fille, il voulait juste que sa femme vive, c'était tout ce qui l'importait.
Antonio n'a donc jamais était présent pour sa fille qu'il considérait comme celle pour qui sa femme était morte. Mais aussi pour son fils puisqu'il a fait que des conneries suite à la mort de Maria. Ana-Liza a donc grandit en compagnie de son frère chez leur grand-mère maternelle qui a toujours été là pour ces deux uniques petits enfants et qui auraient tout fait pour ses 'merveilles' comme elle les appellaient si bien. En grandissant, Ana s'est toujours sentit mal en sachant que c'est en quelque sorte à cause d'elle que sa mère est morte bien que son frère et sa grand-mère lui ont toujours dit qu'elle n'était pas fautive. Ana avait beau entendre les mots réconfortants de sa grand-mère, le fait que son père ne soit jamais venu la voir, lui donnait le sentiment d'être responsable de sa mort.

♠️ 24 décembre 2000, maison de la grand mère Bianchi, Vérone

<< Ana-Liza chérie va ouvrir ! >> La sonnette de l'entrée venait de retentir alors que sa grand-mère était occupé à faire cuir la dinde de Noël. Ana avait dix ans et elle ne s'attendait pas du tout voir son père sonnait à la porte alors qu'elle ne lui avait jamais parlé. << Euh, bonjour, je pourrais parler à ton frère s'il te plait ! >> Dit-il comme si elle était une parfaite inconnue et qu'elle n'était pas sa fille. Alors, comme ça c'était ça les premiers mots qu'il lui adressait ? C'était la première fois qu'il pouvait lui parler et la seule chose qu'il trouvait à lui dire c'est qu'il voulait parler à son frère et non à elle ? Il était vraiment gonflé celui-là. En tout cas, la belle blonde le pris très mal. Elle savait que pour lui, elle était responsable de la mort de sa mère, mais elle ne pensait tout de même pas qu'il refuserait de lui dire seulement quelques mots sympa. En tout cas, cela se voyait qu'elle était triste de son attitude puisqu'elle eu les larmes aux yeux lorsqu'elle appela son frère qui était âgé de quinze ans. D'ailleurs, il s'en rendit immédiatement compte << Hey, Ana, qu'est ce qu'il y a ? >> s'inquiétait-il immédiatement. << C'est... papa ! Il est à la porte, il m'a seulement dit qu'il voulait te voir, tu devrais y aller ! >> Lorenzo fit les gros yeux en comprenant qu'il ne lui avait pas parlé. Il avait souffert de grandir sans son père, peut-être, mais il ne pouvait pas accepter qu'il traitait sa soeur comme cela. C'est pourquoi il fut énervé en arrivant devant la porte. << Ah Lorenzo, je suis content de te voir, si tu savais >>. Ce dernier croisa les bras, s'appuyant contre la porte sans rien dire. << Bah qu'est ce qu'il y a ? T'es pas heureux de me voir ? >>. En grandissant, Lorenzo a su grandir sans un père et dire non a certaine personne c'est pourquoi il lui dit simplement sans regretter une seule seconde << Ce que j'aimerais, c'est que tu sois là pour Ana-Liza ! J'ai su grandir sans ta présence, mais elle, elle a besoin d'un père ! >> Oui, pour lui, sa petite soeur passe avant tout alors il pensait à son bien-être. Antonio sembla être mal à l'aise du fait qu'il avait complètement raison c'est pour ça qu'il lui dit dans un souffle << Je ne peux pas... >> Oui, c'était trop dur, surtout que comme il l'avait remarqué tout de suite lorsqu'elle avait ouvert qu'elle ressemblait trait par trait à sa mère, la femme qu'il a aimée comme un fou qui l'a quitté en donnant naissance à leur fille. << Tu sais très bien que ce n'est pas sa faute si maman est morte ! >> S'emporta-t-il. Il savait que son père était parti pour cela et que c'était simplement pour cette raison qu'il ne voulait pas être un père pour sa soeur. Sa soeur en a suffisamment souffert alors qu'elle n'était pas fautive, il voulait mettre les choses au clair. Voyant que son père ne réagissait pas, il rajouta << Tant que tu en auras pas pris conscience, tu n'as plus de fils ! >> Dit-il en claquant la porte. Ana n'était pas très loin et avait bien sur, tout entendu. Elle était d'ailleurs en pleur. Comment réagir autrement en entendant son propre père dire que vous avez tué votre mère ?
Mais ce n'est pas à cause de cela que la jeune fille a eu une enfance malheureuse. Sa mère était morte et son père était partie, c'était triste, mais elle avait tout de même encore sa grand-mère et son frère et à eux trois ils ont fait une petite famille et c'est pour cette raison que la jolie blondinette a quand même très bien grandit.

♠️ 04 août 2006 ; maison des Bianchi

<< Sérieux faut que t'arrêtes avec tes conneries ! >> Son frère qui avait été un modèle jusqu'à aujourd'hui était en train de se pourrir la vie avec de la drogue. Il était tellement discret que tout le monde était au courant et leur grand-mère le vivait très mal. Elle a toujours pensé qu'elle avait fait de son petit fils un homme responsable, ce qu'il avait été durant un temps mais, il avait fait de mauvaises rencontres et maintenant il était tombé tellement bien bas qu'il était difficile pour lui de remonter la pente. Cela avait une influence sur la vie d'Ana. Non pas parce qu'elle suivait son exemple, loin de là, mais parce qu'elle ne supportait pas de voir son frère comme ça. Lui qui avait un avenir promettant qui lui ouvrait ses portes, il n'était plus le même et cela faisait mal aux gens qui l'entouraient. Enfin bref, Ana-Liza venait de rentrer chez elle, après avoir passé deux heures avec son petit ami de l'époque avant qu'il ne parte à son entraînement de football et elle avait vu, encore une fois, son frère en train de prendre une dose de cocaïne. << Oh laisse tomber Ana ! >> Il était complètement défoncé, cela se voyait. C'était une conversation complètement ordinaire puisque c'est presque toujours le cas et ça fini toujours de la même manière, par une grosse engueulade. Mais cette fois, leur grand-mère arriva alors ils arrêtèrent de se prendre la tête parce qu'ils avaient trop de respect pour leur grand-mère qui a tout fait pour eux pour la mettre mal à l'aise. En tout cas, ils n'eurent pas vraiment le temps, de finir leur conversation, car c'est ce jour-là qu'il se fit pincer entre de vendre de la drogue. Oui, il avait vingt et un ans et avait arrêté ces études alors la seule chose qu'il avait trouvé, bien qu'il avait dit qu'il avait trouvé un job de mécanicien, mais non, il faisait du trafic. Bref, c'est ce jour-là que la jeune femme entendit de la porte d'entrer, alors qu'elle regardait la télé << Bonjour, c'est ici que vit Lorenzo Bianchi ? >> sa grand-mère qui venait d'ouvrir fut affolé et sa voix fut tremblante à l'idée que les flics soient là pour embraquer son petit fils << Oui oui, mais... qu'est-ce que vous lui voulez ? >> Elle a toujours été forte, mais le fait que son petit-fils aille peut-être en prison lui faisait vraiment peur et elle n'était pas du tout préparé à cela. << Nous avons un mandat contre votre petit fils... >> C'est comme cela que la vie d'Ana a basculé, c'est ce jour-là qu'elle a perdu son frère. Oui, c'est depuis ce jour qu'il est en prison pour vente de stupéfiant. Lorenzo est donc parti en prison et Ana-Liza l'a très mal vécut, c'était son frère, son protecteur et elle ne pouvait pas le voir tous les jours. C'est très dur à vivre, vous pouvez la croire sur ce point.

♠️ 30 septembre 2008 ; Maison des Underwood

<< Alors, Ana je te présente Tristan, mon frère ! >> Cela faisait quelques semaines que Pommy et Ana-Liza s'étaient rapprochées et étaient devenues quasiment inséparable. C'est donc tout naturellement que la jeune femme blonde avait été invitée à dîner chez son amie et que la jolie brune l'avait présenté à toute sa famille. Ce fut un peu plus tard dans la journée qu'elle lui a présenté Tristan et lorsque ce fut le cas, elle fut comme bloquée. Il était vraiment magnifique et avait un charme fou. Ana n'était pas vraiment du genre à être très sur d'elle lorsqu'elle était en compagnie d'homme alors elle n'alla pas directement à sa rencontre et lui fit seulement un petit sourire tout en le regardant, regard qu'il ne lui rendit pas. Tout de suite, la jeune femme s'est dit qu'elle n'était rien aux yeux du beau blond, mise à part la nouvelle meilleure amie de sa soeur, rien de plus. Mais ça n'empêchait pas la jeune femme a essayé de lui parler lorsqu'ils se recroisaient chez Pommy et Tristan, mais à chaque fois c'était pareil. Ana n'a jamais parlé de son attirance pour le grand-frère de sa meilleure amie à qui que ce soit, elle ne voulait pas que celle-ci l'apprenne et surtout pas par quelqu'un d'autre. La belle blondinette savait parfaitement qu'elle le prendrait vraiment très mal et elle ne voulait pas se prendre la tête avec elle, sachant que son frère n'en avait rien à faire d'elle au début. Entre temps, la jeune femme est sorti avec quelques garçons mais à chaque fois elle finissait par les quitter parce qu'elle pensait à seulement un homme : Tristan. La jeune femme avait l'impression de se comporter comme une gamine, mais c'était plus fort qu'elle lorsqu'elle se trouvait dans la même pièce que lui. Cela a été comme cela durant des mois entiers. Ana voulait penser à autre chose, craquer pour d'autres mecs, mais non, elle n'y arrivait pas. Elle aurait voulu en parler à quelqu'un mais, elle ne pouvait pas. Il y avait sa meilleure amie à qui elle disait tout sauf ça, mais elle ne pouvait pas puisqu'il s'agissait de son frère. Il y avait aussi son frère avec qui elle avait toujours été très proche, seulement il était en prison et lorsqu'elle allait lui rendre visite deux fois par an, elle ne pensait pas spécialement à parler de cela. Il y avait enfin sa grand-mère, c'est la seule avec qui elle en a parlé mais, cette dernière lui disait de foncer, il faut dire qu'elles n'avaient pas du tout le même caractère. C'est pourquoi elle l'a gardé pour elle...

♠️ 5 novembre 2011 ; boite de nuit de Vérone

<< Hey ma jolie, que fait une demoiselle aussi sexy que toi toute seule ? >> La jeune femme était ivre, ou bien elle était drogué elle ne savait, elle n'était pas trop consciente à cet instant précis. Elle savait seulement qu'elle voulait rentrer chez elle et alors voir des personnes qu'elle connaissait. Le jeune homme avec un sourire de pervers, passa une main sur la cuisse la jeune femme, main qu'elle écarta immédiatement << Lâchez-moi ! >> Ana avait dit cela d'une voix dégoûtée. L'homme en question fit un signe à quelques hommes pas loin et ils arrivèrent tous en rigolant. << Regardez qui j'ai trouvé, une petite traînée ! >> A cet instant précis, la jeune femme se dit qu'elle aurait du resté dans la boite et non sortir afin de prendre l'air. La jeune femme était venue en boite avec quelques amies à elle qui étaient sûrement occupé à draguer ou bien à danser sans se posant la moindre question. Tous les hommes se rapprochèrent donc d'elle, très instant << ARRETEZ ! >> Cria-t-elle. Malheureusement ils étaient seuls à cet endroit précis et elle n'avait pas assez de force face à eux qu'elle ne pouvait rien faire. Ce qui s'est passé ensuite, la jeune femme a oublié, ou du moins elle dit qu'elle s'en rappelle plus puisqu'elle ne veut surtout pas en parler. Ce que les personnes extérieurs à l'histoire se souviennent, c'est que la jeune femme a appelé sa meilleure amie lorsque les hommes étaient partis puisqu'elle avait besoin d'elle et c'est Tristan qui avait décroché << Tristan ! Je t'en supplie viens me chercher... s'il te plait... >> Bien qu'elle avait appelé sa meilleure amie, elle fut contente que ce soit lui qui décroche, elle avait besoin de se sentir en sécurité et elle savait très bien que s'il venait, elle le serait. << Tu es où ? Qu'est ce qui se passe ? >> Ana-Liza pouvait apercevoir de l'inquiétude dans sa voix. Elle aurait aimé qu'il s'inquiète pour lui durant tous ses mois, mais jamais elle n'aurait voulu qu'il le fasse si c'était pour cette raison. << Je ne sais pas où je suis... Y a un néon bleu... s'il te plait viens... >> La jeune femme était complètement paniquait mais, aussi en pleure. Des personnes étaient pas loin, elle s'était mise en publique car elle ne voulait pas revivre la même chose << J'arrive ! >> Dit-il avant de raccrocher et la jeune femme fut soulagée de savoir que bientôt, elle serait en sécurité. Lorsqu'elle aperçut le jeune homme, la seule chose qu'elle put faire en le voyant trottiner vers elle, se fut de venir se réfugier dans ses bras. Elle ne voulait plus être seule, elle voulait qu'il lui dise qu'elle était en sécurité.
Ana-Liza s'est refermé sur elle depuis son agression. Elle n'arrivait pas à en parler et elle ne parlait plus vraiment aux autres. Beaucoup de monde se sont inquiétés pour elle bien que la plupart ne savait pas ce qu'elle avait vécu. La jeune femme blonde ne faisait plus confiance aux autres et elle l'a très mal vécut. La jeune femme ne voulait même pas en parler à un psychologue, bizarre pour quelqu'un qui fait des études de psychologie et qui veut en faire de sa vie. Seulement, il y a quelque temps, elle s'est encore plus rapproché de Tristan. C'est le seul qui pouvait la toucher depuis son agression mais, personne le savait. Elle avait besoin de lui, ayant des sentiments pour lui lorsqu'elle l'a connu, mais aujourd'hui, elle a encore plus besoin de lui.

♠️ 20 décembre 2011 ; Vérone, Italie

Cela fait à peu près un mois et demie que la jeune femme a vécu son agression et la jeune femme s'est refermé sur elle. Elle s'est beaucoup rapproché de Tristan bien que Pommy n'est toujours pas au courant de ce qu'elle ressent pour lui. Sa grand-mère lui a annoncé il y a peu, que son frère allait sortir de prison, mais vu son état d'esprit en ce moment, elle n'est pas prête à le revoir. Oui, en ce moment, la belle Iris Ana-Liza Bianchi est complètement... perdue !

___________________________________________



yellow diamonds in the light and we're standing side by side as your shadow crosses mine what it takes to come alive it's the way I'm feeling I just can't deny but I've gotta let it go, we found love in a hopeless place ♦️ rihanna.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://letters-to-juliet.forumgratuit.org
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?   Mar 20 Déc - 14:51

Moi perso, j'ai du mal a choisir ! Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
FONDA ✿ ❝ girls run the world ❞

avatar

✉ Lettres envoyés : 166
✉ A Vérone depuis le : 15/12/2011
✉ Adresse : « en réflexion »
✉ Activité : « étudiante en journalisme »



MessageSujet: Re: Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?   Mar 20 Déc - 15:26

Il est vrai qu'il est dur de choisir ! Elles sont tout deux super et leurs histoires sont juste
Mais j'ai une petite préférence pour I. Ana-Liza Bianchi, parce que je trouve que sont histoire est beaucoup plus développé enfin on en connaît plus sur son passé, elle nous mets bien tous les moments importants que Ana-Liza a vécu, après Iris aussi a fait une bonne histoire mais à mon avis elle est pas assez détaillé I love you

___________________________________________


ϟ Le soleil de tes yeux illumine ma journée. La douceur de tes mots appaisent ma peine.Un jour je le sais tu seras l'homme que j'épouserai. Mais pour le moment je préfère attendre encore un peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?   Mar 20 Déc - 16:07

Moi je vais dire Iris, parce que trop de détail tue le détail a force !
Les histoires longues sont pas trop mon truc Razz
Revenir en haut Aller en bas
FONDA ✿ ❝ girls run the world ❞

avatar

✉ Lettres envoyés : 166
✉ A Vérone depuis le : 15/12/2011
✉ Adresse : « en réflexion »
✉ Activité : « étudiante en journalisme »



MessageSujet: Re: Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?   Mar 20 Déc - 16:09

Je pense plutôt pour autre chose moi XDDDD *se cache*

___________________________________________


ϟ Le soleil de tes yeux illumine ma journée. La douceur de tes mots appaisent ma peine.Un jour je le sais tu seras l'homme que j'épouserai. Mais pour le moment je préfère attendre encore un peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?   Mar 20 Déc - 16:18

Moi je peux pas être objective, je la connais depuis 1 an enfin un peu plus Razz
J'ai toujours RP avec Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
FONDA ✿ ❝ girls run the world ❞

avatar

✉ Lettres envoyés : 166
✉ A Vérone depuis le : 15/12/2011
✉ Adresse : « en réflexion »
✉ Activité : « étudiante en journalisme »



MessageSujet: Re: Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?   Mar 20 Déc - 16:26

Comme tu veux mais moi personne j'ai pas choisi Cleo parce que je la connais hein Wink XD

___________________________________________


ϟ Le soleil de tes yeux illumine ma journée. La douceur de tes mots appaisent ma peine.Un jour je le sais tu seras l'homme que j'épouserai. Mais pour le moment je préfère attendre encore un peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité



MessageSujet: Re: Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?   Mar 20 Déc - 18:30

Je pense prendre Polux Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Iris Ana-Liza Bianchi ou I. Ana-Liza Bianchi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SOS 125 à 130 petits chiens entassés dans une maison(08)
» Passion of Iris / Random Booster
» En cours d'écriture Boule Scintillante | Chaton => Iris
» Bonjour , c'est moi le nouveau ! [pv: iris]
» Après le garçon aux iris rubis, l'animal aux rubis ! - Mission rang C

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LETTERS TO JULIET :: Corbeille de graines-